username and password don't match

LE CIRCUIT DE ST MARTIN LYS et LE PRAT DEL REY

Gilbert JULLIEN
Gilbert JULLIEN Ugc

Saint-Martin-Lys (1) 9h30. Voilà bien 20 ou 25 ans que je n’étais plus revenu randonner à partir de ce joli hameau audois. Si je suis là aujourd’hui, c’est à cause d’un bouquin dont je viens de terminer la lecture : « Félix Armand et son temps – Un siècle d’histoire dans le Pyrénées Audoises 1740-1840 ». Un livre d’histoire de Louis Cardaillac édité par l’auteur, historien, professeur et chercheur de son état. Ce bouquin m’a remémoré une randonnée que nous avions faite avec Dany au cours de laquelle nous avions été scotchés par une faune omniprésente. De cette balade, je n’ai gardé que ça comme souvenirs et celle d’un hameau agréable et paisible. De ce côté-là, rien n’a vraiment changé or mis peut-être le nombre de voitures stationnées devant la mairie. C’est simple, le parking est plein. Il n’y a plus de place pour ma voiture et pourtant je ne vois pas la moindre âme qui vive. Le hameau semble désert. Tout est calme. A l’époque, je m’étais garé sans problème mais aujourd’hui, je suis contraint de suivre un fléchage m’indiquant d’aller me garer derrière l’hôtel de ville. La ruelle est très étroite et ma voiture y passe d’extrême justesse. Avec cette étroitesse, je comprends mieux que ce parc de stationnement en bordure de la rivière Aude soit vide. Ici, il n’y a ni voiture ni aucune activité humaine. En réalité, la seule animation est celle engendrée par une variété incroyable de passereaux. Je suis aux anges et avant même d’harnacher mon sac à dos, mon appareil photo est déjà entré en action. Geais, merles, sitelles, rouges-queues, moineaux, bergeronnettes, mésanges et quelques autres pas toujours reconnaissables s’égayent tout autour de cet espace vert, mi-parking, mi-aire de pique-nique auquel s’ajoutent un pré verdoyant et un petit bout de forêt juste à côté. La rivière Aude, plutôt débonnaire, pénètre cet ensemble d’une agréable fraîcheur. Ça volette dans tous les sens et cette activité intense ne facilite pas les prises de vues. Au bout d’une heure à guetter et à courir les oiseaux, je rends les armes avec néanmoins quelques clichés que j’espère réussis. Je charge mon sac à dos, prends mon bâton de marche et retourne devant la mairie où j’ai aperçu une panneau informatif. Pour lire la suite, cliquez sur le lien suivant :

latest videos

most viewed

loading